Posté le 13 mars 2018

Précieuse aime les jeux funs, ceux qui ont autant de folie et qui font autant de bruit qu’elle! Précieuse aime aussi les fêtes et il se trouve qu’une des fêtes les plus chocolatées de l’année approche à grand Pâques (j’ai tenté le jeu de mots…!). Nous apprécions la chasse aux œufs, et depuis l’année dernière, elle est de plus en plus autonome dans sa recherche de petits trésors, j’adore la regarder, voir ses yeux émerveillés à chaque trouvaille. On a anticipé les festivités afin que vous en profitiez aussi.
Elle a trouvé son bonheur avec la famille Cot Cot au grand complet! J’ai noté: Le papa, la maman, la grande sœur et le (bébé) petit frère. Ils ont chacun une couleur et un air différent dans le visuel. Ils sont bien faits, attrayants et jolis.

On part sur un gros souci, puisque la famille Cot Cot est séparée, mais il faut bien démarrer le jeu! On enclenche papa Cot Cot et sa voix puissante dit «Ohhhhhhhh mais où est ma famille? », l’adulte doit cacher à des endroits différents (c’est mieux pour faire durer le plaisir!) le reste de la tribu! L’enfant doit retrouver tout le monde et les mettre les uns dans les autres, tels des boîtes gigognes. Une fois chargé de tous les siens, papa Cot Cot chante sa joie avec des paroles personnalisées sur l’air de « La famille tortue » (logiquement vous devez à présent l’avoir dans la tête) sauf que lui chante: « Cocorico! Mes petits chéris nous sommes tous réunis! {Et là débute l’air de la fameuse comptine} Ils étaient cachés, tu les as retrouver, la famille Cot Cot est maintenant au complet, le papa Cot Cot, et la maman Cot Cot et les enfants Cot Cot veulent plus se séparer. Youpi! ». Ne me remerciez pas.

Attention, tant qu’il n’aura pas récupéré femme et enfants, il ne cessera sa quête (plutôt rassurant c’est un père protecteur!). Mais il fait beaucoup de bruits et ne se lasse pas. Un petit bouton On/Off nous permet de le laisser au repos.

J’ai joué en extérieur et en intérieur avec ma fille, elle a adoré. Les enfants aiment beaucoup en général les chasses au trésor, les jeux de cache-cache donc ce cacher-trouver l’a ravi! Le jeu est drôle, le design très sympa. L’effet sonore plait beaucoup aux jeunes enfants, pas toujours aux parents au bout d’une certaine durée…

Lire la suite
Posté le 11 mars 2018

Il est 1h41, tu es là, blottie contre moi. Ma toute petite. Toi qui aura 4 ans dans cinq dodos. Ta main est sur mon bras et je sens le souffle de ta respiration. La lumière de mon téléphone me fait te contempler et me rappelle combien tu as chamboulé ma vie. C’est fusionnel diront-ils…
Mais tu chamboules aussi mon quotidien, par tout cet amour qu’on a du mal à gérer, toi et moi, et ce depuis toujours.
On râle, on se bisouille, on joue, je te gronde… Tu ne fais rien sans moi, j’ai parfois l’impression d’être une esclave de la Grèce Antique, je manque de mon propre oxygène qui ne servirait que pour mes poumons à moi et pourtant ma patience est maîtresse d’or avec toi. C’est ce qu’on me dit. Moi je ne trouve pas. J’aurais aimé ne jamais avoir levée la voix, ne jamais t’avoir dit de paroles maladroites ou innapropriées… Mais je ne suis qu’une maman ordinaire.

Tu es une autre petite fille quand je ne suis pas là. J’avale dix fois ma salive et je serre les dents quand j’entends bien trop régulièrement que « Tout s’est bien passé jusqu’à ce que j’arrive… ».
Mais pourquoi ma fille ?
On ne va pas se cacher, on est allées consulter une pédopsy pour remettre un peu de tiers sain, pour travailler les colères, mettre des mots sur les angoisses, trouver des solutions pour le sommeil.
Et là, telle une gifle en pleine face. On me répète que tu es très intelligente (je l’ai toujours su). Que tu comprends tout (c’est mieux).
Et que je ne suis pas irresponsable dans cette relation.

Lire la suite
Posté le 28 février 2018

Débuter « Dans nos yeux de lectrices » avec « Le livre sonore de mes émotions » des éditions Gründ Jeunesse ça me disait vraiment bien. Une maison d’éditions que j’apprécie beaucoup, un thème qui me parle. Je suis ravie d’ouvrir cette nouvelle rubrique qui me tient à cœur!
J’ai toujours aimé lire, je tiens ça de ma mère, même si depuis quelques temps je lis beaucoup moins. Enfin des livres à proprement parler je veux dire, mais je vais y remédier. Je lis tous les jours, les actualités, des articles. Mais plus de roman et ça, ça craint (entendez par là, ma liseuse et moi allons nous reprendre).
Cette rubrique, elle sera avant tout pour ma mini lectrice en herbe alias Précieuse.
Depuis bébé elle s’imprègne des livres, elle a appris à les toucher, les découvrir, les manipuler. Les a parfois mangé, souvent jeté mais toujours adoré.
Et depuis bébé encore elle a une passion pour la collection « Mes premiers livres sonores » des éditons Gründ. Elle en a un bon nombre, qui sont résistants et qui ne la lasse pas même si elle grandit. Elle est forcément parfaitement autonome avec maintenant, plus besoin de l’aider à trouver où il faut appuyer ni de lui détailler chaque petites choses. C’est elle qui mène la cadence!

Lire la suite
Posté le 11 février 2018

De nombreux flocons, des paysages tout blancs, un bonhomme de neige, des yeux émerveillés, tout cela en l’espace de quelques jours, ça suffit pour me donner envie d’écrire un article.
Parce que clairement, quand aurais-je l’occasion d’écrire à ce sujet?
Au milieu de ma semaine chaotique dont je vous passe les détails, l’hiver s’est mis en mode hiver… Il était temps.
Depuis petite, la neige me met en joie, elle me fait rêver. Regarder tomber les flocons m’apaise et me fait tout oublier. J’ai le coeur doux et l’esprit calme. Vraiment.
Ma fille prend le même chemin et ce n’est pas pour me déplaire.
Je suis un pur cliché de la neige. Je rêve de neige à Noël, et à défaut que ça arrive un jour, je m’en contente sur les rares autres périodes. J’aime marcher dans la neige mais je n’aime pas l’abîmer… Je trouve tout beau quand il neige.

Alors on en a profité. Le premier bonhomme de neige de notre jardin, qui a eu un nez fabriqué grâce à un stabilo orange car nous n’avions plus de carottes. La luge et les roulades dans les couches blanches entre copains, ma fille s’est crue dans une station de ski. Une balade en famille en forêt, avec une luge cette fois fabriquée grâce à un DIY par Super Papa (Oui car après avoir fait pas mal de magasins pour en trouver une, nous ne nous sommes pas avoués vaincus, un plateau, de la ficelle, etc… La meilleure des luges faite avec amour pour une après-midi inoubliable!).

Lire la suite
Posté le 5 février 2018
Blog MummyBenti drap-housse B-Sensible

Le sommeil et moi, c’est une relation sérieuse et fusionnelle, qui a vécu et vit encore quelques troubles de la part de Précieuse, des douleurs liées à la santé mais je m’accroche.
J’accorde une importance particulière à la literie et au linge de lit.
Comme tout le monde (enfin comme tout être humain normalement constitué) j’aime quand c’est joli, quand ça sent bon le frais et les rêves, quand c’est confortable mais aussi pratique. Alors quand on m’a proposé de tester le drap-housse B-Sensible pour mon lit de grande, j’ai tout de suite dit oui! Je connaissais B-Sensible Baby, B-Sensible Kids mais pas la gamme adulte. B-Sensible Baby c’est le confort, le concept réfléchit pour les bébés ET pour les parents (qu’il est bon de ne plus avoir à sauver le matelas à une heure du mat à cause d’une alèse défaillante, ou de repositionner cette même alèse 10 fois pour ne pas qu’elle gêne bébé).

Avec B-Sensible (tout court pour les adultes!) là on va être très clair, nous sommes sur du drap housse de compétition messieurs dames. La marque se fait mondialement appeler BIA, pour “Bedding Industrial Begudà”, elle fait partie d’un groupe spécialisé entre autre dans la fabrication de produits techniques pour la literie.

Ce drap-housse est (forcément!) 2 en 1, à la fois alèse pour protéger le matelas et le drap, il est tout confort, imperméable et résistant! Anti toute allergie possible (et je suis au sein d’une famille d’allergique, seule immunisée à ce sujet!), il existe déjà dimensions et coloris pour ce phénomène B-Sensible qui est issu d’une production 100% européenne.

Pour avoir clairement tester l’expérience avec une Précieuse à la couche nocturne débordante s’étant taper l’incruste (pour ne pas changer) dans le lit parental, le drap est bien totalement imperméable! Histoire de pouvoir vous donner un autre exemple, sans le faire exprès bien évidemment, j’ai aussi renversé dans mon lit la moitié de ma bouteille d’eau, une nuit, un œil ouvert et une main engourdie… Tonique et réveillée cinq minutes après, le matelas m’a confirmé n’avoir rien senti, et hop je l’ai recouvert d’un nouveau drap sans qu’il y ait la moindre trace.

Ce drap housse B-Sensible est en fibre Smartcel, naturelle et confortable. Il a un effet « peau de pêche » que j’aime beaucoup et le garde après plusieurs lavages. Cette fibre intègre donc de l’oxyde de zinc à la fibre Tencel (vous savez la fibre soyeuse et tendance, nouvelle génération, je vous vois en train d’ouvrir de grands yeux… Pour preuve j’ai fait pareil). La fibre Smartcel, c’est une innovation mondiale et naturelle permettant aux cellules de la peau de se régénérer (il s’en passe des choses quand on dort, pas vrai…?).

La gamme comporte donc le drap-housse, le drap-housse sélect (niveau encore supérieur!), des taies d’oreillers, des protèges-surmatelas et des protèges-couettes. Vous pourrez retrouver toutes les infos nécessaires sur cette petite révolution en allant sur le site BSensible. Ils sont aussi disponibles à la vente en cherchant sur internet ou dans certaines boutiques spécialisées. Vous connaissez?

Lire la suite
Posté le 19 janvier 2018

7 ans sans toi. 7 ans que tu n’es plus là. Pourtant on avait déjà passé autant d’années sans être réellement là physiquement, l’un pour l’autre.

Il y a 7 ans, je me revois entre ma cuisine et mon salon, en pyjama, la main sur la porte dire à mon mari: “Je ne sais pas pourquoi je sens que mon père va mourir cette nuit”. On savait que c’était la fin. Que le crabe et tes démons antérieurs avaient gagné la course.
3h45 le téléphone a sonné. Avant même de décrocher je savais. Elle avait une voix douce, elle a été rapide mais dans la compassion. J’ai rien compris à la gifle qui venait de me frapper en plein fouet. Mon père était mort. Tout seul, en pleine nuit à l’hôpital. Les personnes en fin de vie partent souvent la nuit. Ce père dont je n’étais pas si proche, que je retrouvais lentement.
Je me suis obligée à rester la femme organisée que je suis. J’ai réservé mon billet de train, fait mon sac. Je ne me suis bien évidemment pas rendormie et je suis partie 3 heures plus tard rejoindre sa Bourgogne. Quatre jours longs, douloureux, compliqués, angoissants s’en sont suivis.
7 ans sans toi. Me vois tu? Veilles tu sur moi? As tu des regrets? Est ce que ton coeur et ton âme sont apaisés? Je l’espère Papa. Je l’espère. Cette date fait mal. Elle le fera toujours. Le temps passe. Ce temps qu’on a si peu passé ensemble. Car on ne s’est jamais vraiment compris. On était différents. On n’a pas su, pas voulu, pas pu. Les séparations sont souvent compliquées. Mon enfance et mon adolescence l’ont été et ont contribué à ce que je devienne cette femme torturée et bourrée d’inquiétudes.
10 ans sans te voir Papa c’est la décision que j’avais prise sans vraiment en faire le choix. Je ne pouvais tout simplement plus. Reprendre contact avec toi, te revoir, recréer un minimum de lien, sont les meilleures choses que j’ai entreprises dans ma vie. Oh pas seulement pour soulager ma conscience comme pourraient penser les mauvaises langues. Même si, faisons preuve d’honnêteté, ça y a contribué. Non car on a pu se dire certaines choses. Se comprendre par le regard car les mots étaient trop durs, trop forts, faisaient trop mal et il était trop tard. Notre dictionnaire n’a jamais été commun.
Je suis bouleversée de tout ce qu’on a loupé mais convaincue que rien n’aurait pu se faire. Non ce n’était pas possible. 2 mondes. Des gènes communs, les liens du sang, quelques signes physiques, quelques traits de caractère mais rien qui nous a rendu inséparables. On s’est aimés dans la douleur, dans le déchirement.

Lire la suite
Posté le 16 janvier 2018

Elle va être faite de quoi cette nouvelle année…?
Tout est écrit mais je ne lis rien, je ne sais rien, je tâtonne, je marche doucement avec mon 39 fillette inquiète dans le défilé des joies qui passent.
J’ai envie de souffler. J’ai envie de savoir. J’ai envie d’être rassurée. Plus qu’une envie c’est un besoin.

Elle va être faite de quoi cette nouvelle année…?
Je n’ai pas de résolutions que je ne tiendrais pas et qui ne me ressembleraient pas car trop communes à tous. J’ai des idées. Des projets.
J’ai des secrets de plénitude et de rires aux éclats enfouis tout au fond de moi. Des aspirations au calme et à la sérénité. L’appel, l’attente de belles nouvelles et de choses qui s’arrangent. De santé inversée qui donne du baume au cœur. De sortie d’hôpital pour des êtres qui me sont chers. De cœur léger pour ceux qui partagent ma vie et qui souffrent tout doucement, discrètement mais qui résonnent en moi.

Elle va être faite de quoi cette nouvelle année…?
De choses concrètes. Précieuse aura 4 ans. J’aurais donc loupé le fameux âge idéal entre deux enfants. Ma Pêche de frère est définitivement un homme du haut de ses presque 27 ans qui me dépriment. Ma mère est bel et bien en retraite mais à toujours 50 ans à mes yeux. À compter du 28 mai je serai plus proche des 40 ans que des 30 et cette idée me révulse. Il y a et il va avoir de nouvelles lois. De nouvelles obligations. De nouveaux tarifs. De nouvelles manifestations. Peut-on demander une dérogation illimitée mettant fin aux horreurs des informations… Plus d’horreur, de la réflexion, du pétrole partagé, des principes, des croyances et des valeurs respectées.

Lire la suite
Posté le 28 décembre 2017

En octobre on aperçoit les premières guirlandes, on rit, on ironise, et secrètement on a hâte…
En novembre on sent qu’on s’en approche. On fait les comptes. On envoie les textos à la famille pour savoir ce que les enfants ont mis sur leurs listes, on voit les services techniques installés les guirlandes de la ville. On constate les dernières promos avant la flambée.
Et puis décembre. On y est. Compte à rebours, décompte, calendrier, nombre de dodos…
La course aux cadeaux, au repas, les musiques un peu partout, les publicités envahissantes, l’arbre vert qui bouffe les trois quarts de ton salon…
Et puis aujourd’hui. Noël + 3 jours. Quoique j’aurais pu écrire cet article lundi 25 au soir. Noël + 3 heures. Le même spleen étrange.
C’est fini. C’est passé à la vitesse éclair. On a rien vu, pas franchement profité mais assez pour dire que c’était bien ou non. On a déballé, on a ri, on s’est fait des bisous, on a faussement dit qu’il ne fallait pas et que c’est trop alors qu’on était ravis pour nos enfants ou pour nous. On a été crevés, on a du mal à s’en remettre mais on le savait.
Pour la première fois j’ai comparé le moment à mon mariage. La durée étant différente (bien que je suis cette fille qui a préparé un mariage aux 350 convives en 5 mois…). Il y a l’effervescence, l’attente, la hâte, l’avant.
Et puis la chute.

Lire la suite
Posté le 23 décembre 2017

Les calendriers de l’Avent ont principalement été conçus pour ça me direz-vous… À la base ils étaient rares, assez communs, maintenant tu ne sais plus lequel choisir et nos marques préférées ont chacune un calendrier de l’Avent à leur effigie. Je n’ai pas eu le temps de vous présenter ma petite sélection de calendrier pour enfant, nous avions opté pour le calendrier Lidl avec sa route de Noël à créer avec les personnages et accessoires, mais au bout de la 3eme case on l’a entièrement déballé, Précieuse avait besoin de concret, et ne comprenait pas pourquoi elle avait eu un cube cadeau de Noël et un rail en bois…! Nous avons aussi l’éternel calendrier Kinder. Ma fille ne raffole pas du chocolat mais adore ouvrir les cases. Et moi j’adore les Kinder! Parfaite adéquation.

Oui mais hormis le calendrier… Comment faire pour aider nos enfants à attendre Noël sachant que l’effervescence commerciale et décoratives débute dès novembre (et encore je suis light! On peut dire merci à notre pote Halloween je pense!).
Ici on patiente mais Noël est dans toutes les discussions…
Même dans une touche de chantage, je fais mon mea-culpa, ce n’est pas du tout dans les valeurs éducatives chères à mon métier ni à mon cœur mais parfois c’est utile et ça marche.

Alors on attend en lisant…
Nous avons reçu de jolis livres des éditions Fleurus.
– La lettre au Père-Noël de Christelle Galloux. Une belle histoire de Noël et un kit collet pour écrire la plus jolie et la plus originale des lettres. La notre était déjà partie mais je le garde précieusement et elle a bien compris. Elle a une sacrée mémoire ma rigolote et j’ai hâte de savoir si elle me le réclamera au moment venu l’année prochaine (la mère qui voit bien trop loin).

-Toc Toc Toc! Qui habite là? De Lucie Brunelliere ou l’art de concevoir un livre magnifique pour faire rêver petits et grands. Je suis complètement rentrée dedans aussi. 8 maisons magiques aux décors travaillés, des indices, des petites cases à trouver, à ouvrir, l’enfant doit deviner quel personnage de conte vit dans chaque double page. Un livre d’une grande qualité (et d’une grande fragilité aussi, pour les plus jeunes il faut accompagner cette lecture pour l’espérance d’état du livre…C’est mieux…). Vous pouvez les retrouver ici avec d’autres titres: http://www.fleuruseditions.com/accueil.html.


Lire la suite
Posté le 11 décembre 2017

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter la toucanBox. Vous n’êtes pas sans savoir que les boxs, c’est mon dada. S’il y a quelques années elles étaient  innovantes et originales, elles se sont répandues comme des petits pains dans différentes thématiques. Certaines sortent du lot.
J’ai pu tester la toucanBox pour ma Précieuse.
Mini pression pour la quiche que je suis en DIY, même si j’avais fort espoir de m’en sortir avec le niveau 3 ans. Et oui tu peux être éducatrice à la base et être nulle de tes 10 doigts. Mais je me soigne. Ou plutôt je m’y mets. J’ai été ravie de recevoir la toucanBox, proposée pour les enfants de 3 à 8 ans car c’est d’abord une idée de Maman. Une Maman, Virginie, qui a observé les besoins de ses enfants, qui a pensé au fameux pratico-pratique, au faire-faire, faire avec et faire tout seul. Une seconde personne la rejoint, Sara qui baigne dans la pédagogie Montessori depuis sa jeunesse. Maria Montessori m’inspire beaucoup. Dans mon travail, dans l’éducation et les propositions que je fais à Ibtissem. Alors forcément, avant même de la recevoir je savais que ça allait être une chouette expérience. La box rencontre du succès en Angleterre et il se pourrait bien qu’il en soit de même en France.

Ma fille a découvert cette jolie et nouvelle box dans notre boîte au lettre, une édition limitée Noël. Elle a aimé la personnalisation du kit. Son prénom qu’elle sait reconnaître et presque écrire édité sur la box. Un petit mot pour lui dire bonjour et lui présenter la box.

Cette toucanBox propose de créer… Des décorations pour Noël en perles, en faisant de la magie avec ces petits doigts! J’ai aimé l’objectif pédagogique explicité et qui est parfaitement adapté selon moi. Pour ce kit, il s’agit de stimuler la motricité fine, en encourageant l’enfant, on l’accompagne alors dans sa dextérité manuelle. Tout est pensé dans ces kits, le côté ludique, l’apprentissage, le développement personnel.

Lire la suite