Posté le 26 avril 2018

Bien trop contente et pas peu fière (que j’aime le placer! Pas évident vous me l’accorderez!) de faire partie de la Blédifamily il est grand temps pour moi de vous faire un retour sur les derniers événements!

Qui datent… Datent… Je suis désolée… Alors c’est parti pour l’article 100% #Blédina!

Avec la Team Blédina qui vaut son pesant de cacahuètes, nous avons débarqué (en force!) le 13 février dernier au siège de Blédina à Limonest, tout près de Lyon. Ce nouveau siège est installé depuis décembre 2017 dans un bâtiment original, en forme de main. 400 personnes y travaillent et nous avons été accueillies par des équipes motivées, souriantes, aux méthodes de travail innovantes et punchy. Chez Blédina, on exerce en open space, un peu à l’Américaine et tout est basé sur la confiance et l’échange. Les équipes disposent de conditions de travail assez sympas, après forcément tout ça est vu de mon œil extérieur!
Mais leur environnement de travail est: Wahou ! Conciergerie solidaire, business center, bureaux de passage, bagagerie, services de santé, fitness center, salle d’allaitement, et j’en passe…
 
Ce même jour nous a été présenté, « Comme un jeu d’enfant ». Un nouveau concept de box contenant des repas, du lait (en option: Gallia ou Blédilait), des recettes, un petit cadeau et un coaching personnalisé si besoin! Ce concept a été pensé et réfléchi pendant plusieurs années par des équipes transversales pour simplifier la vie des parents et garantir de bons apports nutritifs pour nos tout-petits.
Lire la suite
Posté le 4 avril 2018

Ma passion pour les sacs vous la connaissez…?
On se moque de moi car je me déplace souvent (bon d’accord la plupart du temps) avec un sac digne de Mary Poppins. Alors c’est lourd, encombrant, je suis chargée mais j’ai besoin de tout avoir. Je m’entraîne dans la micro pochette, je me sens bien plus à l’aise, c’est plus agréable, plus léger donc moins douloureux mais … Il me manque tellement de choses.


Lors du dernier spot des Efluents j’ai découvert la marque CiPU, et on m’a présenté les points forts de leurs sacs: Le poids, assez léger et pas contraignant à porter, l’ergonomie a bien été pensé. L’imperméabilité, et ça je trouve que c’est à souligner! Les multiples rangements (j’adore, je dis oui!!!), le design travaillé (maman mais pas que).
CiPU propose des sacs à langer stylisés, des sacs à dos, des sacs familiaux, des sacs de Mamans, des sacs de Papas, des sacs pour tous, mais ils ont aussi pensé aux enfants avec leurs créations en mini qui sont très adaptées. Et tellement choux!

Précieuse ayant 4 ans, j’ai passé mon tour pour un nouveau sac à langer. Par contre ce qui me manquait c’était un sac à dos joli et pratique, et j’aime beaucoup les matières matelassées. J’ai donc porté mon dévolu sur un modèle Sac à dos B-Bag ECO Basic noir, et pour Précieuse le sac Baby Ct-Bag Noir et rose pour un parfait look mère-fille! Nous sommes assorties grâce à cette matière agréable qui fait aussi bien casual que classe.

Ces quatre dernières photos proviennent du site CiPU. Les autres sont personnelles comme vous pouvez le constater!

Lire la suite
Posté le 13 mars 2018

Précieuse aime les jeux funs, ceux qui ont autant de folie et qui font autant de bruit qu’elle! Précieuse aime aussi les fêtes et il se trouve qu’une des fêtes les plus chocolatées de l’année approche à grand Pâques (j’ai tenté le jeu de mots…!). Nous apprécions la chasse aux œufs, et depuis l’année dernière, elle est de plus en plus autonome dans sa recherche de petits trésors, j’adore la regarder, voir ses yeux émerveillés à chaque trouvaille. On a anticipé les festivités afin que vous en profitiez aussi.
Elle a trouvé son bonheur avec la famille Cot Cot au grand complet! J’ai noté: Le papa, la maman, la grande sœur et le (bébé) petit frère. Ils ont chacun une couleur et un air différent dans le visuel. Ils sont bien faits, attrayants et jolis.

On part sur un gros souci, puisque la famille Cot Cot est séparée, mais il faut bien démarrer le jeu! On enclenche papa Cot Cot et sa voix puissante dit «Ohhhhhhhh mais où est ma famille? », l’adulte doit cacher à des endroits différents (c’est mieux pour faire durer le plaisir!) le reste de la tribu! L’enfant doit retrouver tout le monde et les mettre les uns dans les autres, tels des boîtes gigognes. Une fois chargé de tous les siens, papa Cot Cot chante sa joie avec des paroles personnalisées sur l’air de « La famille tortue » (logiquement vous devez à présent l’avoir dans la tête) sauf que lui chante: « Cocorico! Mes petits chéris nous sommes tous réunis! {Et là débute l’air de la fameuse comptine} Ils étaient cachés, tu les as retrouver, la famille Cot Cot est maintenant au complet, le papa Cot Cot, et la maman Cot Cot et les enfants Cot Cot veulent plus se séparer. Youpi! ». Ne me remerciez pas.

Attention, tant qu’il n’aura pas récupéré femme et enfants, il ne cessera sa quête (plutôt rassurant c’est un père protecteur!). Mais il fait beaucoup de bruits et ne se lasse pas. Un petit bouton On/Off nous permet de le laisser au repos.

J’ai joué en extérieur et en intérieur avec ma fille, elle a adoré. Les enfants aiment beaucoup en général les chasses au trésor, les jeux de cache-cache donc ce cacher-trouver l’a ravi! Le jeu est drôle, le design très sympa. L’effet sonore plait beaucoup aux jeunes enfants, pas toujours aux parents au bout d’une certaine durée…

Lire la suite
Posté le 11 mars 2018

Il est 1h41, tu es là, blottie contre moi. Ma toute petite. Toi qui aura 4 ans dans cinq dodos. Ta main est sur mon bras et je sens le souffle de ta respiration. La lumière de mon téléphone me fait te contempler et me rappelle combien tu as chamboulé ma vie. C’est fusionnel diront-ils…
Mais tu chamboules aussi mon quotidien, par tout cet amour qu’on a du mal à gérer, toi et moi, et ce depuis toujours.
On râle, on se bisouille, on joue, je te gronde… Tu ne fais rien sans moi, j’ai parfois l’impression d’être une esclave de la Grèce Antique, je manque de mon propre oxygène qui ne servirait que pour mes poumons à moi et pourtant ma patience est maîtresse d’or avec toi. C’est ce qu’on me dit. Moi je ne trouve pas. J’aurais aimé ne jamais avoir levée la voix, ne jamais t’avoir dit de paroles maladroites ou innapropriées… Mais je ne suis qu’une maman ordinaire.

Tu es une autre petite fille quand je ne suis pas là. J’avale dix fois ma salive et je serre les dents quand j’entends bien trop régulièrement que « Tout s’est bien passé jusqu’à ce que j’arrive… ».
Mais pourquoi ma fille ?
On ne va pas se cacher, on est allées consulter une pédopsy pour remettre un peu de tiers sain, pour travailler les colères, mettre des mots sur les angoisses, trouver des solutions pour le sommeil.
Et là, telle une gifle en pleine face. On me répète que tu es très intelligente (je l’ai toujours su). Que tu comprends tout (c’est mieux).
Et que je ne suis pas irresponsable dans cette relation.

Lire la suite
Posté le 28 décembre 2017

En octobre on aperçoit les premières guirlandes, on rit, on ironise, et secrètement on a hâte…
En novembre on sent qu’on s’en approche. On fait les comptes. On envoie les textos à la famille pour savoir ce que les enfants ont mis sur leurs listes, on voit les services techniques installés les guirlandes de la ville. On constate les dernières promos avant la flambée.
Et puis décembre. On y est. Compte à rebours, décompte, calendrier, nombre de dodos…
La course aux cadeaux, au repas, les musiques un peu partout, les publicités envahissantes, l’arbre vert qui bouffe les trois quarts de ton salon…
Et puis aujourd’hui. Noël + 3 jours. Quoique j’aurais pu écrire cet article lundi 25 au soir. Noël + 3 heures. Le même spleen étrange.
C’est fini. C’est passé à la vitesse éclair. On a rien vu, pas franchement profité mais assez pour dire que c’était bien ou non. On a déballé, on a ri, on s’est fait des bisous, on a faussement dit qu’il ne fallait pas et que c’est trop alors qu’on était ravis pour nos enfants ou pour nous. On a été crevés, on a du mal à s’en remettre mais on le savait.
Pour la première fois j’ai comparé le moment à mon mariage. La durée étant différente (bien que je suis cette fille qui a préparé un mariage aux 350 convives en 5 mois…). Il y a l’effervescence, l’attente, la hâte, l’avant.
Et puis la chute.

Lire la suite