Posté le 14 mars 2017
Blog MummyBenti, Barbara Gould, Eau Micellaire, beauté, démaquillage
 S’il y a bien une règle que je respecte, c’est le démaquillage quotidien. Je nettoie ma peau que je sois maquillée ou non, fatiguée, qu’il soit tard ou passer. Je ne le vis pas comme une contrainte mais plutôt comme un moment agréable.
Je suis “très” eau micellaire. Cette fameuse eau qui a fait son arrivée dans la beauté depuis quelques années et qui est très prisée… Ou pas selon les préférences.
J’aime le côté eau, frais, qui donne l’impression (et pas seulement) d’un coup de fraîcheur et de propre et qui est aussi efficace pour démaquiller en douceur. C’est pratique comme produit car il n’y a pas besoin de rinçage pour ceux qui n’apprécient pas cette étape et la peau est nettoyée et respectée. J’ai de vieilles manies, même si je connais les bienfaits de l’eau micellaire, je me nettoie toujours le visage après.
Ce sont les “micelles” contenues qui démaquillent et qui éliminent les impuretés.
Avec l’eau micellaire 7 en 1 de Barbara Gould, j’ai franchi un pas, je peux me passer du nettoyage de peau après avec mousse, rinçage and co.  Certes pas tous les jours mais cela ne me manque pas si je ne le fais pas de temps à autre. Je précise qu’il est important selon les composants de rincer les eaux micellaires malgré tout ce qui se dit!
Le 7 en 1 est rassurant, on se demande bien ce qui pourrait lui manquer! Elle combine tous les soins à elle toute seule.
Ses missions: démaquiller, nettoyer, purifier, rafraîchir, tonifier, hydrater et adoucir. Le rêve de toute femme!
Le démaquillage est agréable car il n’y a pas de trace, tout part sur le coton, cela ne se répand pas sur le visage et ça c’est une très bonne note pour moi.
Blog MummyBenti, Barbara Gould, Eau Micellaire, beauté, démaquillage 1
J’ai adopté cette eau micellaire, elle apaise et respecte ma peau et sa formule convient à différents types d’ailleurs. Je la trouve parfaite pour les peaux sensibles. Certaines la trouvent quelque peu agressive, et nous ne sommes pas toutes adeptes de l’usage du coton, qui peut parfois attaquer la peau.
Pour moi c’est rapide et efficace. Mais j’alterne parfois avec d’autres types de démaquillants pour que ma peau respire différemment.
J’en ai utilisé plusieurs car cela reste mon mode favori pour nettoyer, démaquiller, soulager, tonifier mon visage selon le besoin et le moment, mais celle-ci fait partie de mes coups de coeur.
Le rapport qualité/prix est clairement excellent et à souligner: 4,95e les 400 ml, on ne peut pas dire grand chose. De plus, elle est facile à trouver, dans la plupart des grandes surfaces.
L’odeur est légère mais agréable et appréciable. Barbara Gould fait partie de la routine beauté familiale depuis des années. Ma mère utilisait déjà les produits et plus jeune, j’adorais déjà leur odeur.
Le flacon est joli, adapté, et le dosage du produit aisé même si le flacon pompe serait plus pratique que le clip.
Le seul hic, mais qui finalement n’en est pas un et qui me semble logique, c’est que j’ai besoin de me mettre une crème rapidement derrière sinon ma peau est inconfortable et tiraille. L’étape hydratation par le biais d’un sérum et/ou d’une crème me semble indispensable, mais certaines femmes pourraient penser en s’arrêtant sur le 7 en 1 qu’il n’en est rien.
L’eau micellaire intégrale Barbara Gould respecte ses promesses. Vous pouvez retrouver les produits et d’autres précisions sur le site internet de la marque http://www.barbaragould.fr/ ainsi que sur les différents réseaux sociaux.
Je pense qu’elle et moi nous allons faire un petit bout de chemin ensemble et qu’elle est bien installée dans ma salle de bain…
Blog MummyBenti, Barbara Gould, Eau Micellaire, beauté, démaquillage 2
Lire la suite
Posté le 28 février 2017

On ne blogue jamais par hasard. Plusieurs critères, cette envie, ce besoin d’écrire, de poser, de déposer, d’échanger.
Et puis ces personnes toutes particulières que vous suivez sans les connaître et qui sans le savoir vous accompagnent dans votre projet.
Un bon moment déjà que je suis fan d’Angéline, alias Carnet Prune. Je la suis, je la lis, je commente, bref elle fait partie de mes blogo-idoles (carrément^^). Après les Fêtes, en faisant mon petit blogo tour comme chaque semaine, j’ai vu le projet de la MasterClass, le concept, le sujet et que la marque qui animerait ce moment était #Avène.
Vous connaissez mon amour pour Avène.
J’ai tenté ma chance en remplissant le formulaire et bingo j’ai été sélectionnée, grosse joie et appréhension de l’inconnu.


Ce samedi après-midi a eu lieu dans un endroit juste parfait pour l’event, le Season Market (que je voulais recommande ++, lieu atypique, pour le plaisir des papilles, des yeux…). J’ai dégusté un délicieux-merveilleux açaï-bowl. Joëlle, maquilleuse de formation et référence phare chez Avène depuis des années, nous a fait l’honneur de sa présence, de ses conseils, de sa pratique. Elle nous a expliqué tout les bienfaits de l’eau thermale, les astuces et croyez moi c’est bien plus qu’un brumisateur en cas de coup de chaud! C’est un véritable rituel de soin et d’hydratation à lui tout seul. Elle nous a présenté chaque produit et gamme. Joëlle, elle a changé mes cernes. Oui, elle m’a appris que j’avais le “cerne brun” (pas de correction on dit le cerne brun, c’est Joëlle qui l’a dit et c’est bien comme ça en effet!). Tu sais les bonnes cernes tendance Méditerranéenne de mère n’ayant pas dormi depuis 8000 Ans, ayant subi moultes chamboulement physiques à cause des opérations et traitements. Moi qui suis toujours à l’affût de l’anti-cerne le plus sauveur possible, et bien je l’ai trouvé et on est en passe de signer un cdi lui et moi.
Il s’agit du stick correcteur Couvrance qui sert à neutraliser cernes et/ou imperfection. Il peut s’appliquer au pinceau et/ou encore une fois, au doigt. Il existe en 3 teintes: vert, corail et jaune, 3 teintes ayant chacune leur objectif. La teinte corail corrige les excès de coloration brune, elle est donc parfaite pour mes cernes et petites misères. Je ne peux plus m’en passer!

Lire la suite
Posté le 12 février 2017

L’ambivalence des mères… Il s’agit de trouver les bons mots. Les mots justes. Ceux qui ne heurtent pas. Qui ne blessent pas. Qui parlent. Qui sont les voix de notre âme.

On désire fort nos enfants. Nous les femmes nous avons la chance de les sentir se construire, prendre forme, en nous. De leur donner la vie. Parfois non sans mal, sans souffrance.
Quelques heures après cette première rencontre, après la grossesse épanouissante mais épuisante, l’accouchement inoubliable mais marathonien bien souvent, on rêverait juste que ce bébé soit apaisé contre nous et s’ajuste à notre besoin intense de récupération.
Alors que le début du challenge, de la grande épopée parentale vient d’être siffler.

La première séparation. Celle qui n’arrive parfois jamais chez certains. Laisser notre enfant pour souffler, pour se retrouver, pour l’habituer, pour un impératif, pour se reposer. On a toutes un pincement au cœur suivi d’un cri de délivrance ou de déchirement.
Mais qui n’a jamais savourer les premières minutes de retrouvailles avec soi-même.
Il serait temps que j’utilise le “je”. Vous ne ressentez certainement pas toutes les mêmes choses que moi. Je trouve que nous sommes ambivalentes. Que je le suis.
Ma fille me remplit d’amour. Un amour incommensurable, inépuisable, un amour câlin, un amour vache, un amour fusionnel, passionnel.
Je ne respire plus. Je travaille. Je vais à mes différents rendez-vous médicaux qui sont rentrés dans la routine de ma vie. Je m’occupe de mon foyer. Et de ma fille. Oui je suis comme beaucoup. J’ai quelques (rares) moments pour moi. Des moments culpabilisant durant lesquels j’ai du mal à relâcher la pression. À ne penser qu’à l’instant présent et sympa que je suis en train de vivre.
Ce que je veux dire c’est qu’avec ma fille, collées, il m’est presqu’impossible de faire autre chose que de partager avec elle, de jouer avec elle, de l’observer, de lui parler, de l’encourager, la féliciter, la mettre en garde face à une énième bêtise. Je suis elle. Elle est moi. Je n’ai plus de moments à moi et je les cherche, je les réclame, je les quémande, je les rêve. Et pourtant je les repousse, je ne les provoque pas tant que ça, je ne les assume pas, je ne les vis pas bien, et ma conscience me travaille.
Sans elle, il me manque du moi. Sans elle, je suis incomplète. J’ai forcément participé à la création de ce lien de dépendance qui est inévitable et impératif au début mais qui devrait s’amenuire au fil du temps. Il n’en est rien pour le moment.
Je veux du temps pour moi avec ma fille pas loin, dans mon champ de vision, qui joue une heure ou deux seule et vient me voir pour une anecdote, un bisou. Je veux pouvoir monter les escaliers de notre maison pour aller plier du linge sans qu’elle pleure et qu’elle me suive immédiatement. Je veux prendre une douche sans user de stratégie et devoir trouver le bon dessin animé qui sera conforme à la durée de mon shampoing et de mon après-shampoing.
Je veux avoir une relation mère-fille saine, posée, qu’on s’aime à la folie sans que tout soit démesuré.
Je suis ambivalente. Sauf dans la sincérité de mon amour pour ce petit être qui m’a donné le plus beau rôle de ma vie.
Nous sommes ambivalentes quand je lis tous ces posts, ces statuts, ces articles où on se cherche dans une relation parentale qui se voudrait parfaite mais qui tâtonne pour trouver un juste équilibre, qui finit souvent par arriver.
Viens à nous, équilibre, on te bichonnera.
C’est rassurant de savoir que nous sommes une bande d’ambivalentes dégoulinantes d’amour et de dépendance qui hurlent sur tous les toits que parfois on aimerait se lever en se demandant ce qu’on va bien pouvoir faire de sa journée et ne penser qu’à soit.
Merci de vivre la même chose que moi. Nos difficultés mutuelles nous aident. Merci aussi à ces relations mère-enfant me renvoyant la perfection et l’harmonie, je me dis que tout est possible et que je frôlerai forcément un jour cette plénitude.
Peace and Love dans vos cœurs de Mamans.

Lire la suite
Posté le 6 février 2017
Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille!

On y est presque. Cette fameuse Saint-Valentin qui délie toutes les langues. Trop commerciale, trop “gniangnian”, un des deux dans le couple qui ne fait pas l’effort, décision mutuelle de ne pas la fêter, ou grosse occasion de se retrouver et de célébrer un amour sans nom!
Quoiqu’il en soit tu te retrouves souvent coincée ou avec les boules version seule au monde.
L’un des deux n’a pas respecté le “on ne s’offre rien”. Ta collègue reçoit un magnifique bouquet et tu la regardes en souriant niaisement. Tu te demandes quel est THE cadeau qui pourrait lui créer de nouvelles étoiles dans les yeux.
Bref parfois on préférerait passer direct du 13 au 15 février.
Et si c’était la Saint-Valentin pour toute la famille? Précieuse est le fruit de notre amour avec son père. Tous les jours c’est sa Saint-Valentin personnalisée car je ne la couche jamais sans un je t’aime de Maman aux creux de l’oreille.
Il peut y avoir une multitude d’idée selon le style, les goûts de la personne. Moi je sais qu’avec les années, j’ai toujours peiné à trouver un cadeau quelque soit l’occasion. J’ai l’impression que je ne ferais jamais “the” cadeau qui décrochera un wahouuuu international même s’il est toujours touché et content! Bon sauf si je gagne à la loterie (non, non pas le loto, j’ai bien écris la loterie. J’avais envie). Certaines personnes ne sont pas cadeaux, matérialistes, ou ont déjà l’essentiel et n’aiment pas le superflu.

Cette année, je ne sais pas ce que je ferais… Pour autant j’ai fait une petite sélection que ce soit pour eux les hommes, pour nous les filles, pour la famille, que je vous partage ici…

Question cadeaux, il y a les classiques, les sans risques, les “sourires à coup sûr” type lingerie, parfum, bijoux, chocolat, restaurant (le restau: l’idée archi-intimiste et originale pour la Saint-Valentin…!).

Moi je serais plus du genre “cadeau de couple”, un spa, un week-end, un truc insolite qui change de l’ordinaire.
Wonderbox a d’ailleurs créé la box  en mini-coffret “Je t’aime” qui propose 1540 activités pour 1 ou 2 personnes. Et il y aussi toutes les autres box agrémentées pour tous les goûts et les budgets.

Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille! Wonderbo Je t'aime

Je craque devant les objets personnalisés (mais attention pas dans les gammes beaufs hein!). Et cette année, j’ai craqué-fondu pour ce bracelet-montre  gravé de chez Agatha.
Côté bijoux chez les hommes, la montre reste le cadeau “sans risque” classe ou sport, utile, symbolique et beau.

Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille! agatha-or-35J’aime ces tee-shirts ou sweats qui restent modes et jolis avec leurs petits messages à tomber style “Mister perfect”, “L’homme idéal (à peu de choses près)”. Ou version “Amour de ma vie” from Asos pour elle.

Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille!Sweat monsieur tshirt l'homme idéalBlog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille!Sweat Amour de ma vie ASOS femme

Côté lingerie, le body est redevenu à la mode. Bon 70% des corps ont changé depuis les années 90. Mais le body ne s’est pas agrandi et reste classe et glam sur un corps entretenu (ou pas) et joli avec ou sans forme. J’aime beaucoup et ça change de la lingerie. Celui-ci est le modèle Divine, celui qui a été créé à l’occasion des 100 ans d’Etam avec la maison Noyon, créateur de dentelle de Calais. Je le trouve sublime.

Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille! Etam body dentelle body des 100 ans

Il y a cette mignonnette absolue en terme de couverture pour bébé/enfant qui sort pile poil pour la fête des amoureux: la couverture de rêve modèle “Love”  d’aden + anais. On peut aussi faire un cadeau à nos doudous et souvent il arrive que leur couverture nous soit utile aussi. Elle est douce et moelleuse en mousseline 100% coton, mesurant 120×120 cm et sera dispo mi février sur le site aden + anais, ici.

        Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille Couverture de rêve Aden +Anaîs                                                                    Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille Couverture de rêve Aden +Anaîs

Les affiches c’est mon petit pêché mignon. Alors l’affiche “Couple mythique” à offrir pour agrémenter la déco, je dis oui! Il s’agit de glisser les prénoms qui forment votre couple, au milieu d’une liste de prénoms de couples célèbres. Elles sont proposées sur différents sites. J’aime beaucoup le modèle vendu sur le site cute:

http://www.unecuillerepourpapa.com/

Blog MummyBenti Saint-Valentin: Du love pour toute la famille!Affiche couple mythique

Je suis une quiche profonde en DIY donc ce n’est pas ici que je vous proposerai la création pleine d’amour de l’année, néanmoins, le net, les blogs et surtout Pinterest vous aideront dans une réussite certaine!

Vous tomberez sur les sites des différents cadeaux sélectionnés en cliquant directement sur les photos et/ou sur les liens associés.

Et chez vous, c’est une fête importante? Les cadeaux sont décidés et checkés?
Dites moi tout!

Lire la suite
Posté le 1 février 2017
Blog MummyBenti, la cicatrice, maux de femme, crème cicatrisante

Alors non je n’ai pas la prétention de faire un remake du roman de Bruce Lowery à ma sauce. Dans ce roman, Jeff subissait les moqueries à cause de sa cicatrice et s’enfonçait dans une coupable solitude. Ce roman en a marqué plus d’un tant certains passages sont douloureux et difficiles à lire. Je ne suis pas Jeff. Je n’ai pas tellement le droit de me plaindre. Mais je ne la vis pas très bien. Ce chef d’œuvre a été entamé en juin 2016 et achevé en octobre de la même année.
Ce billet aurait pu s’appeler les cicatrices vu que plusieurs traversent mon corps telles des voies d’autoroute mais on se contentera du singulier, car si celles sur lesquelles j’ai besoin de l’épanchement sont bien deux elles se rejoignent pour n’en former qu’une que je déteste.
Oui je la déteste. Je suis lasse d’entendre qu’elle est belle, qu’elle a été bien faite, qu’elle est propre (encore heureux!), que ça aurait pu être pire, que Lucette connaît Jeannette qui a la même et que c’est une cata la sienne.
Non vraiment je suis lasse. Ce ne sont pas les autres qui vont me faire l’aimer mais bien moi. Peut-être un jour.
Elle est voyante, imposante, elle pose le décor direct. Je plaisante en disant qu’elle fait ghetto, chef de bande, qu’elle est là pour prouver que je suis une nana sur qui on ne marche pas.
Que nenni. Elle est là pour que jamais je n’oublie ces douleurs, ces moments difficiles, ces opérations et que mon corps a changé à tout jamais. Chaque cicatrice raconte une histoire. Celle-ci je m’en serais bien passée. C’est une trace imprimée sur moi. Je ne la vois pas seulement, je la sens. Elle me fait mal. Elle me gêne. Elle m’empêche de travailler comme j’aimerais car avant je pouvais appréhender, jouer avec les enfants, porter les bébés sans craindre un innocent geste ou coup de petite tête qui peut me provoquer une douleur inouïe sur le moment et lancinante sur la durée. Même à ma fille, je lui dis régulièrement “Fais attention à ma cicatrice mon cœur”. Elle me demande souvent de la cacher. Elle a détesté cette période. Et elle a bien compris que ce n’était pas quelque chose de naturel sur un corps. Parfois elle veut la toucher. Ceux qui ont des cicatrices savent combien c’est désagréable quand quelqu’un les touche. Mais ma fille je la laisse l’appréhender et je veux la rassurer. Ses bisous aident à apaiser ma douleur et ma colère.

Quand je vois certaines cicatrices, que j’entends certaines histoires de vie je me rappelle que je n’ai quelque part pas le droit d’en faire tout un truc. Je le fais ici dans mon univers ou avec mes proches du quotidien. Non je n’ai pas vécu la guerre. Oui j’ai été soigné par un chirurgien renommé. Quand bien même. C’est difficile.

Alors je la traite. Je la soigne. Je la bichonne. Je la cache. Je lui parle.
La nuit, je la crème avec Cicalfate d’Avène en couche épaisse telle un cataplasme. La journée je mettais Bi-oil mon allié mais le côté huileux et brillant ne fait pas toujours très clean et on m’a conseillé d’alterner. Je viens de commencer à appliquer le gel Bepanthene Cica. On verra. Oh je ne m’attends pas à ce qu’elle disparaisse. J’aimerais qu’elle s’atténue. Qu’elle se voit moins. Qu’elle me gêne moins. Qu’on parvienne à s’apprivoiser toutes les deux pour cohabiter de la meilleure façon possible. Je sais qu’il existe des traitements, des méthodes, des chirurgies. Je n’en suis pas là et avec ma chance légendaire je pourrais bien repartir avec un troisième axe à cet endroit! Il y a pas mal de nouvelles techniques pour les atténuer. Il faut avant tout fuir le soleil et attendre 18 mois avant d’envisager toutes réparations.

“- Tu fais quoi dans la vie?
– Rien, je poursuis des émotions, je trébuche dans des regards et je collectionne des cicatrices.”

Lire la suite